GCC Enseignants Docentes Cultura Capoeira
Contact
Facebook Grupo Cultura Capoeira

Suivez-nous !

Le Maculêlê

Vous pourrez découvrir le Maculêlê pendant les cours de Capoeira, c’est une danse où nous utilisons chacun deux bâtons de bois que l’on frappe entre eux. Avec l’entraînement, les bâtons sont remplacés par des machettes.



SES ORIGINES : Selon la légende, le Maculêlê viendrait d’Afrique. L’histoire raconte qu’un guerrier africain nommé Maculêlê était le seul homme resté à la tribu pendant que les autres étaient partis à la chasse, lorsque soudain, les guerriers d’une tribu ennemie voisine vinrent les attaquer.  Etant le seul homme resté au village, Maculêlê devait défendre sa tribu. Il saisit 2 bâtons de bois pour combattre les guerriers et parvint à les faire fuir. De retour au village, les hommes furent mis au courant de l’histoire et une fête fut organisée en l’honneur de ce brave Maculêlê, on prenait des bâtons de bois et on s’amusait à imiter ses exploits en dansant.


SA PRATIQUE DE NOS JOURS : La pratique du Maculêlê s’est perdue au fil du temps mais la légende est toujours restée jusqu'à ce qu’on la fasse revivre dans le cadre de la Capoeira. Le Maculêlê nous aide dans la Capoeira en nous faisant travailler la coordination et le rythme. Selon Mestre Zulu, le Maculêlê se développe sous 4 aspects différents :

-l’aspect Guerrier (mais on ne fait pas la guerre) : on ne doit pas avoir une attitude passive mais exprimer puissance et force à la manière d’un guerrier.

-l’aspect Religieux (mais on ne fait pas de religion) : Certaines scènes et certains chants évoquent les esclaves et leur religion. Comme un travail de mémoire envers les esclaves.

-l’aspect Théâtral-scénique (mais on ne fait pas de théâtre) : Dans les scènes du Maculêlê on doit se mettre dans la peau d’un personnage à la manière d’un acteur et le Maculêlê raconte aussi une histoire.

-l’aspect Festif (mais on ne fait pas la fête) : Dans le Maculêlê, 1 mot d’ordre : S’AMUSER, c’est  ça qui donne de l’énergie.